Canicule mortelle à La Mecque

Mise à jour le 21 juin 2024Par 2,4 min de lecture
Selon plusieurs sources médiatiques, plus de 1000 pèlerins sont décédés à La Mecque lors du hajj 2024, principalement en raison des températures extrêmes atteignant 51,8°C dans cette région considérée comme l’une des plus chaudes au monde.

Bilan des décès pendant le hajj 2024

Le bilan des décès lors du hajj 2024 s’est alourdi, dépassant les 1000 victimes selon les dernières estimations. Parmi les pays les plus touchés, l’Égypte compte 658 morts, dont 630 pèlerins sans autorisation officielle. Le Pakistan a signalé 58 décès, tandis que l’Indonésie en a enregistré 183. D’autres pays comme l’Inde, la Jordanie, l’Iran, le Sénégal, la Tunisie et le Kurdistan irakien ont également confirmé des pertes. Les autorités saoudiennes ont commencé les démarches pour inhumer les corps, bien que de nombreuses familles cherchent encore des informations sur leurs proches disparus. Ce bilan tragique est largement attribué aux conditions météorologiques extrêmes, avec des températures atteignant 51,8°C à La Mecque.

Impact des températures extrêmes sur les pèlerins

Les températures extrêmes à La Mecque ont eu un impact dévastateur sur les pèlerins du Hajj 2024. Plus de 2700 cas d’épuisement dus à la chaleur ont été recensés en une seule journée, selon le ministère de la Santé saoudien Les autorités ont mis en place des mesures pour tenter de gérer la situation, notamment des stations de rafraîchissement, des tentes médicales et des points d’hydratation.
Malgré ces efforts, de nombreux pèlerins ont souffert, en particulier les personnes âgées et celles ayant des problèmes de santé préexistants. La chaleur intense a rendu particulièrement difficiles les rituels se déroulant en plein air, comme la lapidation des stèles, où les pèlerins doivent parcourir des distances considérables entre les sites sacrés.

Pèlerins sans autorisation officielle

Les pèlerins sans autorisation officielle ont été particulièrement vulnérables lors du Hajj 2024. Chaque année, des dizaines de milliers de fidèles tentent d’accomplir le pèlerinage sans permis, se privant ainsi d’accès aux installations climatisées et aux services essentiels Cette situation s’est avérée fatale pour de nombreux pèlerins égyptiens non autorisés, qui se sont retrouvés « sans nourriture, sans eau ou air conditionné pendant longtemps ». Les autorités saoudiennes ont lancé une campagne « pas de pèlerinage sans permis » pour tenter de limiter ce phénomène, mais l’introduction du visa touristique en 2019 a facilité l’accès au royaume, compliquant les efforts de contrôle.
Patrick Marlière est météorologue et prévisionniste, directeur de Média Weather, bureau d’études sur la météorologie. Il était l’invité d’Africa radio vendredi 21 juin 2024 :

Dernier bulletin